Soins dentaires

Soins dentaires : Quelle mutuelle choisir pour les Travailleurs Non Salariés (TNS) ?

Le remboursement de la Sécurité Sociale étant très faible, mieux vaut souscrire à une assurance santé pour bénéficier d’une meilleure couverture. Pour ne pas vous tromper, vous devez être attentif aux éléments suivants…

La mutuelle loi Madelin : c’est quoi au juste ?

La loi Madelin est entrée en vigueur le 11 février 1994. Ainsi, les TNS peuvent souscrire à une complémentaire santé et déduire le montant des cotisations sur les impôts, avec un plafond annuel de 9 012 euros. La mutuelle loi Madelin assure les travailleurs en cas d’arrêt de travail. Les conditions ? Avoir un régime réel d’imposition BIC ou BNC, être à jour dans le paiement de ses cotisations aux régimes obligatoires et souscrire à un contrat de mutuelle santé « responsable » ou « responsable et solidaire ».

On distingue deux types de mutuelles Madelin :

Les contrats individuels : qui assurent les travailleurs indépendants travaillant seuls ainsi que leurs ayants-droit. Et les contrats de groupe : qui sont réservés aux dirigeants non-salariés d’entreprise ou gérants majoritaire

Ces contrats sont également accessibles aux membres de la famille du travailleur.

Attention ! Pour un auto-entrepreneur, le régime d’imposition est le micro-BIC. Donc, il ne peut pas profiter d’une déduction fiscale. Dans ce cas, mieux vaut souscrire à une mutuelle classique dédiée aux travailleurs indépendants. Ces compagnies s’adressent essentiellement aux artisans, commerçants, dentistes, avocats… Si vous recherchez une mutuelle santé tns, rendez-vous sur  mieux-etre.fr/

Quelle mutuelle choisir pour un TNS ?

Une mutuelle tns va prendre en main le ticket modérateur, c’est-à-dire la somme qui sera à la charge de l’assuré après le remboursement de l’Assurance Maladie. Le niveau de remboursement peut varier d’un prestataire à l’autre, selon les clauses du contrat. Ainsi, il est donc essentiel de définir les besoins réels en matière de frais médicaux pour bénéficier d’une bonne couverture. Il existe quelques paramètres à vérifier au moment de la souscription. A priori, il faudrait sélectionner les garanties en fonction de ses besoins réels pour faire des économies. Si vous ne portez pas de lunettes, vous n’avez pas besoin d’un contrat qui offre une couverture optimale pour l’optique. En revanche, si vous prévoyez des soins dentaires plus ou moins conséquents, soyez vigilant quant aux niveaux de couverture. Prenez en compte point par point les éléments qui vous intéressent. Par exemple, les implants ne sont pas couverts par la Sécurité Sociale. Or, une intervention peut vous coûter plusieurs milliers d’euros. Vous devez donc trouver une mutuelle qui offre une bonne couverture si vous voulez réduire les dépenses. Aussi, lisez attentivement les termes du contrat sur les frais d’hospitalisation, les frais médicaux courants, les médicaments pris en charge, les dépassements honoraires… En cas de besoin, ajoutez des options. En tout cas, inutile de choisir de gros niveaux de garanties pour des postes dont vous ne ferez pas usage. Ensuite, prenez en compte les exclusions et le délai de carence (pendant lequel la garantie ne prend pas effet). Par ailleurs, vérifiez le plafond. Cela peut avoir un impact important sur le reste à payer. Enfin, avec une mutuelle qui propose un « tiers payant », vous n’aurez pas à avancer les frais de santé et les médicaments. C’est donc un élément important !

Comment trouver la meilleure mutuelle pour TNS ?

Ce n’est plus un secret. Vous devez mettre en concurrence les compagnies spécialisées en protection santé. Pour ce faire, demandez plusieurs devis auprès de plusieurs établissements. Sinon, vous pouvez utiliser un comparateur d’assurance, un outil gratuit et sans engagement. Il vous permettra d’obtenir plusieurs estimations correspondant à vos attentes en quelques minutes, sans vous déplacer. Après, étudiez minutieusement les garanties proposées et faites un tri entre celles qui sont indispensables et celles qui ne vous seront pas nécessaires. Cela peut avoir un impact sur la cotisation. Quoi qu’il en soit, la formule la plus chère n’est pas forcément la plus avantageuse !