Mutuelle sur les implants dentaires

Que rembourse une mutuelle sur les implants dentaires ?

Les implants dentaires sont plus durables que les prothèses, en plus de ressembler et de fonctionner exactement comme de vraies dents. Mais après avoir pris connaissance du coût de ces soins, de nombreux patients se posent la question : sont-ils couverts par leur assurance ? La réponse n’est pas si simple. En outre, le montant couvert par un régime d’assurance peut dépendre de la compagnie, des détails du plan de couverture et des plafonds annuels (ou limitation des frais).

Les types d’assurance qui couvrent les implants dentaires

Certains régimes d’assurance permettent le remboursement implant dentaire, d’autres non. Chaque patient doit étudier les options et discuter de l’étendue de l’intervention avec son chirurgien bucco-dentaire et maxillo-facial. En effet, la procédure peut impliquer une extraction préalable de dent, une anesthésie ou encore une greffe osseuse.

Les patients doivent également contacter leur mutuelle. Si votre police d’assurance dentisterie couvre les implants, assurez-vous de revoir la limite annuelle du plan, car il pourrait y avoir des paiements supplémentaires. La couronne attachée au pilier peut être couverte par certains régimes. De plus en plus de compagnies prennent en charge certains aspects de l’implantologie, surtout en cas de complications médicales liées à la perte de dents.

Une mutuelle couvrant les blessures et les accidents qui nécessitent le remplacement d’une ou plusieurs dents peut permettre l’utilisation de prothèses. Les avantages dépendent uniquement d’une police individuelle. Ainsi, ne basez pas vos décisions budgétaires médicales sur l’expérience de quelqu’un d’autre. Vous devrez toujours vous renseigner auprès des mutuelles-pas-cheres.

Assurance et indemnisation pour des soins dentaires

Il existe un type de régime d’assurance qui ne prend en charge que le remboursement des soins dentaires. Et généralement, le chirurgien peut établir un plan de paiement avec vous. Ce type est appelé «assurance dentaire d’indemnisation », un régime de «rémunération à l’acte » ou «assurance dentaire traditionnelle ». Avec cette option, il n’y a pas de réseaux exclusifs ni de praticiens agréés – vous pouvez consulter n’importe quel spécialiste. Vous payez une franchise sur la police, puis la compagnie peut couvrir une partie du reste. Habituellement, ils couvriront 50 à 80 % des frais «raisonnables et habituels », puis 100 % des soins préventifs. Fondamentalement, après avoir reçu des soins, vous soumettez les factures du dentiste à l’assureur pour qu’il les examine. Si elles sont approuvées, vous bénéficierez alors du remboursement d’une partie ou de la totalité des frais. Assurez-vous simplement de savoir qu’il s’agit également d’une mutuelle dentaire implant, car toutes les procédures de ce genre ne peuvent pas être remboursées. N’oubliez pas que l’assurance dentaire et l’assurance médicale ne sont que deux options pour dépenser moins pour votre procédure. L’autre solution est d’obtenir un plan soins dentaires abordable. Grâce à ce type de couverture, vous pouvez obtenir un pourcentage sur le coût total sans être tenu de payer une franchise. De plus, la souscription n’implique aucune paperasse, restriction de santé, ni limite annuelle.

Différence entre couverture dentaire générale et couverture dentaire principale

Si vous disposez d’une police dentaire générale, vous aurez une couverture pour les prestations de base comme le détartrage, les traitements au fluorure et peut-être même la thérapie canalaire. Cette prise en charge exclut souvent le remboursement de prothèse dentaire comme les ponts, les couronnes, les implants et les greffes osseuses. Ces procédures sont classées parmi les extras. En règle générale, une couverture importante vous assure pour un certain nombre d’interventions plus complexes qui ne relèvent pas de la dentisterie générale – mais les implants n’en font pas partie. De nombreux assureurs précisent en fait ce point. C’est pourquoi il est important de bien vérifier les termes de votre contrat, y compris en ce qui concerne les plafonds.